évaluation du français

Conformément à l’article 5.6 de la politique d’évaluation des apprentissages étudiants, un maximum de 10% de la note est attribué à la qualité de la langue dans les travaux écrits et les communications orales.

Extrait de la Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages étudiants :

5.6  Évaluation du français écrit et parlé

«Compte tenu de l’importance qui doit être accordée à la maîtrise de la langue parlée et écrite, celle-ci doit faire l’objet de correction et d’évaluation dans tous les cours qui s’y prêtent. Lorsqu’il s’agit d’un cours dont le contenu ne porte pas sur l’apprentissage du français, l’enseignant doit pénaliser l’étudiant jusqu’à dix pour cent (10 %) du total des points pour tout travail ou examen qui s’y prête.»

«Comme l’évaluation de la langue d’enseignement fait partie intégrante des évaluations sommatives qui s’y prêtent, si l’étudiant échoue un cours suite à l’application des présentes mesures, l’échec est maintenu, et ce, quel que soit le cours»

La façon de calculer la note relative au français écrit et parlé est expliquée dans le document suivant : application de 5.6 de la PIEA.